Passer au contenu principal

Mise en garde relative au virus zika

14-04-17

Image 1/1

Le virus zika est un flavivirus, tout comme le virus de la dengue, de la fièvre jaune et le virus du Nil occidental. Il est à l’origine de la fièvre zika.

TRANSMISSION

Le virus zika est principalement transmis à l’homme par des moustiques du genre Aedes qui piquent pendant la journée. Chez la femme enceinte le virus peut être transmis de la mère à l’enfant. Il y a quelques cas rapportés de transmission sexuelle entre l’homme et la femme et entre deux hommes. La transmission est également possible par transfusion sanguine.

ORIGINE ET REPARTITION

Le virus Zika doit son nom à la forêt de Zika en Ouganda où il a été isolé pour la première fois en 1947. Une première épidémie plus importante est survenue en Micronésie en 2007 et en 2013 en Polynésie française. En 2015, le virus a atteint l’Amérique centrale et du Sud, les Caraïbes ou il est responsable pour une épidémie qui a atteint certaines régions des Etats Unis. Entretemps on a également signalé des épidémies dans certains pays de l’Asie, l'Afrique et quelques îles du Pacifique.

SYMPTÔMES

Les signes aigus sont aspécifiques et semblables à de nombreuses autres pathologies grippales. Ils se manifestent par :

  • De la fièvre
  • Des maux de tête
  • Des douleurs musculaires et articulaires
  • De la fatigue
  • Une conjonctivite (des yeux rouges)
  • Une éruption cutanée

Parfois:

  • Des douleurs abdominales
  • Des vomissements
  • De la diarrhée

Le virus zika co-circule dans les zones où le virus de la dengue et du chikungunya sont endémiques. Il n’est pas possible de faire une distinction entre les différentes maladies sur bases des symptômes car les symptoms se ressemblent.

PROGRESSION DE LA MALADIE

Les symptômes se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent l’infection et durent à peu près une semaine. L’évolution de cette pathologie est habituellement anodine et les symptômes disparaissent spontanément. Dans la majorité des cas, le sujet infecté restera asymptomatique. Dans des cas plus rares, des complications neurologiques ont été décrites (Syndrome de Guillain-Barré).

TRAITEMENT

Il n’y a pas de traitement spécifique ni de vaccin. Il est important que les personnes présentant des symptômes grippaux après un séjour dans une zone endémique du virus zika, de la dengue ou du chikungunya, consultent un médecin. Ce dernier peut, le cas échéant, prendre contact avec un confrère de l’Institut de Médecine Tropicale. Le diagnostic peut être confirmé par le Centre National de Référence des Arbovirus de l’IMT.

PREVENTION

Il n’y a pas de vaccin contre le virus Zika. La seule prévention repose sur les moyens de prévention contre les piqûres de moustiques dans la journée. Il est conseillé de porter des manches longues et les pantalons et d’utiliser des anti-moustiques. La transmission sexuelle peut être prevenue par l'emploi de préservatifs.

LE VIRUS ZIKA ET LA GROSSESSE

En octobre 2015, les autorités sanitaires brésiliennes ont enregistré une augmentation du nombre de nouveau-nés présentant une microcéphalie (un petit crâne) par rapport aux années antérieures, due à l’émergence du virus Zika au Brésil. Il a été clairement établi que ce virus peut se transmettre de la mère au fœtus. Il peut provoquer un retard de croissance, des troubles oculaires et de l'audience, difformité des articulations et des problèmes neurologique tels qu’un retard de développement psychomotorique et une microcéphalie mais également une fausse couche.

À cause du lien  entre la fièvre Zika pendant la grossesse et les anomalies du fœtus, l’IMT conseille aux femmes enceintes et celles qui envisagent de devenir enceintes pendant ou après le voyage de reporter tous déplacements non essentiels vers les zones touchées par une épidémie du virus Zika (il est recommandé aux femmes enceintes d’éviter les régions rouges, oranges et hachures).
Si cela n’est pas possible, il est conseillé de consulter un expert avant le séjour pour discuter les mesures de prévention et d’informer l’obstétricien. 
Pour les couples avec un désir de grossesse après un séjour dans un pays à risque, il est conseillé de consulter un expert pour analyser le risque et faire un test avant la conception dans certains cas.

PUIS-JE TESTER MOI-MÊME?

Les couples dont la femme est enceinte ou avec un désir de grossesse qui ont récemment voyagé vers un de ces pays, peuvent faire un test au retour avant d’envisager une conception. Si l’un des partenaire a été malade, on doit faire un test aussitôt que possible; si aucun des deux partenaires n’a eu de plaintes pendant ou juste après le séjour, une prise de sang peut s’effectuer 3 semaines après exposition (après la fin du voyage).

S’il y a de nouveaux développements au sujet du virus zika, l’IMT modifiera, si nécessaire, ses conseils de voyage. Veuillez consulter régulièrement notre site pour les informations les plus récentes.

En cas de questions après la lecture de cet article et après avoir lu les « FAQ », nous conseillons de prendre rendez-vous à notre consultation.

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND