Passer au contenu principal

Aucune nouvelle infection lors de la recherche relative à la pilule préventive contre le VIH

La PrEP (prophylaxie pré-exposition) est une pilule préventive contre l’infection à VIH contenant des inhibiteurs du VIH.

27-11-18

Image 1/1 : Deux hommes

Au cours des trois dernières années, l'Institut de médecine tropicale (IMT) a étudié la pertinence des médicaments préventifs contre le VIH en complément de la stratégie de prévention du VIH en vigueur en Belgique. Aucune nouvelle infection à VIH n'a été détectée dans le groupe des 200 hommes gais qui prenait la pilule préventive. Depuis mi-2017, cette pilule est remboursée en Belgique.

La PrEP (prophylaxie pré-exposition) est une pilule préventive contre l’infection à VIH contenant des inhibiteurs du VIH. Cette pilule est destinée à un usage temporaire pour les personnes qui ne sont pas séropositives, mais qui s’inquiètent de contracter cette infection. Le projet Be-PrEP-ared a examiné pendant trois ans dans quelle mesure les hommes gais et les femmes transgenres, à risque accru de contracter le VIH, étaient prêts à prendre la PrEP ; la mesure dans laquelle ils étaient fidèles à ce traitement ; leur perception de cette méthode ; et s’ils ont modifié leur utilisation du préservatif à la suite de ce traitement. L’étude sur la PrEP était une première pour la Belgique.

Le docteur Bea Vuylsteke de l’IMT a coordonné l'étude: " PrEP fonctionne littéralement comme une barrière qui empêche le virus VIH de s’établir dans notre corps. Pour ceux qui, pour une raison quelconque, préfèrent ne pas utiliser de préservatif, une telle pilule est très fiable. Au cours de l'étude, aucune infection n'a été découverte dans le groupe d'hommes gais à risque accru de contracter le VIH. "

En partie grâce aux premiers résultats encourageants du projet Be-PrEP, la ministre Maggie De Block a décidé de rembourser les inhibiteurs de prévention du sida à partir de juin 2017 via les centres belges de référence Sida.
Un dépistage rapide et un traitement précoce du VIH, en plus de la promotion des pratiques sexuelles sans risque, sont au cœur de la stratégie nationale de prévention du VIH en Belgique. La PrEP peut constituer un complément pour certains groupes d'hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, et qui n’utilisent pas toujours un préservatif. Cependant, la PrEP n'offre pas de protection contre les autres infections sexuellement transmissibles.

Le professeur Marie Laga de l’IMT : "Nous recherchons depuis longtemps des moyens supplémentaires pour réduire le nombre de nouvelles infections à VIH en Belgique. Notre étude confirme que la PrEP peut offrir une valeur ajoutée potentielle pour vaincre l’épidémie".

Selon les derniers chiffres publiés par Sciensano, 890 nouveaux diagnostics ont été établis en Belgique l'année dernière, principalement chez les hommes gais et les personnes originaires d'Afrique subsaharienne. Une diminution de 27% par rapport au sommet de 2012. Plus de 80% des infections à VIH chez des hommes belges ont été transmises par un rapport sexuel avec un autre homme.

On estime que 2 000 personnes ont commencé le traitement PrEP en Belgique, dont la majorité des hommes gais. Environ 600 d’entre eux sont suivis par l’IMT. « C'est prometteur, mais à base des chiffres de 2017 relatifs au VIH, il est trop tôt de se prononcer sur l’effet de cette pilule préventive chez les groupes à haut risque, » déclare Marie Laga.

L’IMT a mené l’étude Be-PrEP-Ared en collaboration avec des centres d’expertise en santé sexuelle tels que Sensoa et Cavaria. Ce projet a été soutenu par l'Agence flamande pour l'innovation et l'entrepreneuriat (VLAIO).

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND