Passer au contenu principal

L’accès aux médicaments de qualité gagne du terrain

La qualité des médicaments était à l’ordre du jour d’une réunion de haut-niveau tenue à l’occasion du 72e Assemblée mondiale de la Santé en présence de plusieurs donateurs.

22-05-19

Image 1/1 : Des pilules examinées sous la loupe.

La couverture de santé universelle dépend de l’accès aux médicaments de qualité garantie. Malheureusement, les produits médicaux falsifiés ou de qualité médiocre sont très répandus dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, où les responsables de la réglementation pharmaceutique ont souvent peu de ressources et ne peuvent pas adéquatement surveiller les médicaments distribués par des chaînes d’approvisionnement complexes et mondialisées. Des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), des régulateurs, des bailleurs de fonds et des organisations opérationnelles ont discutés de la manière de surmonter ce problème lors d’un événement organisé en marge de la 72e Assemblée mondiale de la Santé à Genève.

Catherine Dujardin de la Direction-Générale Coopération au Développement et Aide humanitaire, a déclaré que les participants étaient d’accord que des politiques et des pratiques efficaces en matière d’achat devraient être mises en place partout et pour tous. « L’OMS devrait jouer et joue un rôle de premier plan dans la coordination des efforts déployés pour améliorer la qualité des médicaments dans le monde. Elle offre des conseils, facilite le partage des informations et surveille la préservation de la qualité des produits pharmaceutique. Les Etats-membres et les bailleurs de fonds privés devraient soutenir l’expansion du programme OMS de préqualification des médicaments et les programmes de réglementation nationaux afin d’accélérer les progrès. »

Selon Raffaella Ravinetto, chercheur à l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers et conseillère politique auprès de la DGD, les bailleurs et les responsables de la mise en œuvre devraient rejoindre cette initiative. « Nous devons éviter la politique de deux poids, deux mesures entre les médicaments vendus dans les pays donateurs et ceux achetés pour les programmes des pays à revenu faible ou intermédiaire. Acheter uniquement auprès de fournisseurs capables de répondre aux normes de qualité les plus rigoureuses réduira les risques, encouragera la qualité et aura un impact positif sur le marché. »

M. Alexander De Croo, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au développement et 19 agences belges opérationnelles ont signé, en octobre 2017, un engagement pour veiller sur la qualité des produits pharmaceutiques. La Belgique aimerait également impliquer les donateurs pour qu’au niveau de l’achat la qualité soit assurée.

L’événement à Genève a été organisé conjointement par le Gouvernement belge, la fondation Bill & Melinda Gates, Sida, le département de la Santé de la République d’Afrique du Sud et USP.

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND