Passer au contenu principal

L'ADN est la clé de la lutte contre la tuberculose

Les chercheurs ont défini la marche à suivre dans le séquençage du génome entier en tant que seule et unique méthode pour le diagnostic, le traitement et le suivi de la tuberculose.

20-06-19

Image 1/2 : Mycobacterium tuberculosis

Diverses méthodes sont actuellement utilisées pour détecter, traiter et dépister la tuberculose (TB). Toutefois, elles pourraient toutes être remplacées par le séquençage du génome entier (WGS). Un groupe de chercheurs, dirigé par le Dr Conor Meehan de l'Institut de Médecine Tropicale (IMT) expliquent dans Nature Reviews Microbiology les avantages et les risques de la technologie moderne de séquençage du génome, qui est de plus en plus favorisée. Les chercheurs émettent un ensemble de recommandations par rapport à la normalisation et les standards de bonne pratique du WGS dans les soins cliniques et la santé publique.

Le diagnostic, le traitement et le dépistage de la TB à mycobactérie (Mycobacterium tuberculosis), la bactérie à l'origine de la TB, sont actuellement réalisés au moyen de diverses techniques. Le séquençage du génome entier pourrait remplacer toutes ces différentes méthodes. Cependant, en l'absence d'un consensus solide et de normes internationales, l'utilisation généralisée de cette technologie peut résulter en des données et des processus non harmonisés, non comparables et non validés.

"Nous appelons à des efforts considérables en matière de normalisation et de validation avant de mettre en œuvre l'approche WGS à grande échelle", déclare le Dr Conor Meehan. "Un engagement politique et la participation de laboratoires et d'organismes de réglementation supranationaux sont nécessaires. Il est important que l'accès aux techniques WGS standardisées et validées soit garanti en particulier dans les pays fortement touchés par la tuberculose et où cette technique aura le plus grand impact."

Dr. Conor Meehan de l'IMT, le Dr. Inaki Comas de l'Institut de Biomédecine de Valence et le Prof. dr. Annelies Van Rie de l'Université d'Anvers ont mis en place un consortium de plus de 40 experts en TB. En travaillent ensemble, ils ont décrit l’évolution de cette technique de pointe pour lutter contre le Mycobacterium tuberculosis. De plus, ils ont formulé un ensemble de recommandations qui revêtent une importance particulière à la lumière des développements internationaux.

« Actuellement, les techniques WGS sont principalement utilisées dans les activités de recherche, mais la méthode s'étend rapidement aux outils de soins cliniques et de santé publique pour cartographier la propagation de la TB. Une méthode rationalisée et un cadre d'étude standardisé deviennent également de plus en plus importants », dit Meehan.

L’Organisation Mondiale de la Santé a déjà recommandé le WGS comme la technique standard pour les enquêtes mondiales sur la pharmaco-résistance. WGS est actuellement fréquemment utilisé comme traitement personnalisé et de plus en plus de pays appliquent ce genre de techniques.

La tuberculose est une infection bactérienne qui tue environ 1,6 million de personnes chaque année, ce qui en fait l'une des dix principales causes de décès dans le monde. La recherche de l’IMT sur la TB est de renommée mondiale. L’Institut possède la plus grande collection publique de souches de TB à des fins de recherche et il a contribué à une avancée d’un traitement combiné de courte durée contre la TB résistante. L’Institut développe de nouvelles techniques de diagnostic et de dépistage des cas.

Lien

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND