Passer au contenu principal

Partenaire de l'IMT premier centre collaborateur OMS en RDC

L’Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa a été désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme centre collaborateur de l’OMS pour la référence et la formation au diagnostic de la maladie du sommeil.

15-11-18

Image 1/2

L’Institut national de recherche biomédicale (INRB) de Kinshasa a été désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme centre collaborateur de l’OMS pour la référence et la formation au diagnostic de la trypanosomiase humaine africaine, ou maladie du sommeil. L’INRB, partenaire de longue date de l’Institut de médecine tropicale (IMT) d’Anvers, Belgique, devient ainsi le premier centre collaborateur de l’OMS en République démocratique du Congo (RDC).

« Le fait que l’OMS nous a octroyé le statut de centre collaborateur est la reconnaissance de nos compétences et de décennies de travail acharné. Cela confirme que nous sommes prêts à servir non seulement notre pays, mais également les pays voisins », a déclaré le professeur Dieudonné Mumba Ngoyi qui gère le département de parasitologie, dont le laboratoire national de référence pour la trypanosomiase humaine africaine fait partie. Ce laboratoire devient désormais un nouveau centre collaborateur de l'OMS.

L'IMT collabore avec le laboratoire de l'INRB depuis 1998 dans le cadre de son programme de renforcement des capacités, financé par la Coopération belge au développement. « L'IMT nous a accompagnés dans la création et le fonctionnement du laboratoire, ainsi que dans la formation de la majorité du personnel, y compris moi-même », dit le professeur Mumba. «Devenir un centre collaborateur de l'OMS est pour moi le couronnement d'un partenariat sérieux et durable.»

La trypanosomiase humaine africaine est une maladie parasitaire mortelle transmise par les mouches tsé-tsé. Elle touche 16 pays africains. Environ 80% des nouveaux cas sont rapportés actuellement en RDC. Ces dernières années, le dépistage et le traitement systématiques ont permis de réduire l’incidence de nouveaux cas à quelques milliers, mais le risque d’une nouvelle flambée épidémique est toujours présent.

« Puisque la maladie du sommeil devient de plus en plus rare, elle est également plus difficile à diagnostiquer à un stade précoce. La position et les compétences de l’INRB en tant que centre de référence diagnostique sont essentielles à l’élimination de cette maladie. Le Laboratoire national de référence pour la trypanosomiase humaine africaine de l'INRB a fait ses preuves et nous sommes heureux de pouvoir collaborer avec eux », dit le professeur Philippe Büscher, responsable de l'unité de diagnostique en parasitologie à l'IMT.

Les efforts d’élimination de la maladie du sommeil en RDC sont menés sous l’égide du programme national de contrôle (PNLTHA) de la RDC, en collaboration avec l’IMT d’Anvers et la Fondation Bill & Melinda Gates.

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND