Passer au contenu principal

L'IMT se prépare aux épidémies.

L'équipe de recherche sur les épidémies étudie les éclosions grâce au financement du ministère flamand des Sciences.

23-04-18

Image 1/1 : Minister Muyters dans le laboratoire de compétences

  • Le ministère flamand des Sciences investit 2,5 millions d'euros.
  • L'équipe multidisciplinaire est constituée de neuf chercheurs.
  • Les activités de recherche sont soutenues par un laboratoire orienté vers la pratique et un hôpital de terrain simulé pour la formation.
L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest a été un appel à la conscience. Le monde n'était pas préparé à une maladie infectieuse qui a fait plus de 11 000 victimes entre 2013 et 2016. Pour parer à toute éventualité, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment ajouté la «Maladie X», une maladie encore inconnue, à sa liste de maladies prioritaires. La préparation va au-delà de la réponse humanitaire et inclut également la recherche pendant les épidémies. La recherche scientifique peut mener à des observations vitales lorsqu'une nouvelle éclosion se produit. Le ministère flamand des Sciences investit 2,5 millions d'euros dans la nouvelle équipe de recherche de l'Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers travaillant sur l’éclosion des épidémies.

Philippe Muyters, ministre de l'Emploi, de l'Economie, de l'Innovation et des Sports: «Philippe Muyters, ministre flamand des Sciences: «L'Institut de Médecine Tropicale est mondialement connu pour ses efforts dans la recherche et la lutte contre les maladies tropicales. C’est le lieu idéal pour une équipe d'experts qui étudie les épidémies de maladies infectieuses. Une équipe que nous pouvons déployer en cas d'une nouvelle épidémie et qui peut sauver des vies. L'épidémie d'Ebola a montré que réagir à une épidémie n'est pas suffisant. Nous devons être préparés avant qu'une éclosion se produise. En tant que gouvernement flamand, nous sommes heureux d’appuyer cet effort. »

L'équipe de recherche de l'IMT est prête à riposter rapidement et à réaliser sa recherche partout dans le monde. Elle est constituée de neuf experts expérimentés aux profils complémentaires, dont un entomologiste, un épidémiologiste et un chercheur clinique, qui débuteront très bientôt.

« Entre les interventions en cas d’une épidémie, l'équipe étudiera et évaluera les tests diagnostiques, les stratégies de prévention, la détection précoce et le contrôle des maladies infectieuses. Les connaissances générées par l'enquête des éclosions contribueront à améliorer les opérations au moment des épidémies « futures » selon le Dr Veerle Vanlerberghe, épidémiologiste à l'ITM qui a déjà participé plusieurs fois à des interventions en cas d'épidémie.

Chaque année, le monde fait face à plusieurs flambées de maladies bactériennes, parasitaires et virales où l'expertise de l'IMT peut représenter une valeur ajoutée. Il ne s’agit pas uniquement de nouvelles maladies inconnues, mais aussi d’infections liées à la pauvreté telles que le choléra qui réapparaît régulièrement. Au cours des derniers mois, l'IMT a aidé ses partenaires congolais à faire face à une telle épidémie. L'Institut étudie actuellement comment tester et vacciner plus simplement et plus efficacement les populations exposées au risque de choléra.

Laboratoire de compétences et hôpital de terrain d’Anvers

Grâce au financement du gouvernement flamand, l'IMT a pu investir également dans un équipement de recherche et de formation en épidémies pour les professionnels de santé belges et internationaux. Notre laboratoire de compétences offre une formation pratique pour un soutien de laboratoire sécuritaire et axée sur le terrain pendant la recherche sur les éclosions. Il s'agit notamment de diagnostics du patient, d'équipements adaptés aux conditions tropicales, et une infrastructure pour le stockage et l'expédition d'échantillons dans des zones reculées.

En outre, l'IMT a simulé un hôpital tropical à Anvers pour former les étudiants à la prévention des infections et à la réduction des maladies infectieuses. « Les étudiants belges et internationaux apprennent à isoler un patient, à prélever et à traiter en toute sécurité du sang et d'autres échantillons cliniques, à réaliser une étude pendant les épidémies, ce qui fait la différence lorsque la pression augmente pendant une épidémie réelle » dit le Professeur Jan Jacobs.

Plus de 600 étudiants internationaux se spécialisent chaque année à l'IMT. En plus des médecins et infirmières belges qui poursuivent une carrière internationale dans les soins de santé, l’IMT accueillit également des professionnels de santé expérimentés provenant de pays en développement.

La dure leçon d'Ebola (2013-2016)

Au cours de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le Prof. Johan Van Griensven a coordonné une étude européenne d'urgence clinique majeure sur le plasma en tant que traitement contre le virus Ebola. L'essai Ebola-Tx a été cofinancé par le gouvernement flamand. Comme d'autres centres de recherche, il était difficile pour l'Institut de mettre en place un essai clinique dans un bref délai et de fournir des réponses significatives pendant l'épidémie. « La mise en place d'un essai clinique et l'approbation des comités d'éthique et des régulateurs sont généralement une question d'années. Nous avons dû les obtenir en quelques mois. Nous nous préparons actuellement à riposter plus rapidement au cas où une nouvelle éclosion survienne » dit le Professeur Van Griensven.

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND