Passer au contenu principal

L'IMT bénéficie d’un appui financier à un nouvel insectarium pour lutter contre les maladies infectieuses émergentes

L'Institut de Médecine Tropicale (IMT) reçoit 1 million d'euros de subvention supplémentaire de la ministre flamande de l'Economie, de l'Innovation et des Sciences, Hilde Crevits, pour le développement d’un insectarium.

24-12-19

Image 1/1 : Aedes Albopictus

L'Institut de Médecine Tropicale (IMT) reçoit 1 million d'euros de subvention supplémentaire de la ministre flamande de l'Economie, de l'Innovation et des Sciences, Hilde Crevits, pour le développement d’un insectarium. Cet insectarium permettra d’améliorer la recherche des maladies tropicales et celles liées au changement climatique. De plus, l'Institut recevra un million d'euros en plus par an, à partir de 2021, pour maintenir et renforcer sa position internationale dans la recherche des maladies tropicales.

Une évaluation approfondie a montré une image très favorable du fonctionnement de l'IMT et accentué sa position internationale importante en matière de recherche et d’enseignement en médecine tropicale, maladies infectieuses et santé mondiale. Le gouvernement flamand a décidé ce vendredi 20 décembre de conclure un nouvel accord d’appui financier pour la période 2020-2024. Cet accord prévoit une subvention de 2 946 000 euros en 2020, comme c’était le cas les années précédentes. De 2021 à 2024, ce montant s’élèvera à 3 946 000 euros annuellement. L’IMT recevra également un investissement ponctuel de 1 million d'euros pour un insectarium.

Toute une variété d’insectes, tels que les moustiques tigres, les moustiques du paludisme, les glossines et les phlébotomes seront hébergés dans ce nouvel insectarium. Ils sont vecteurs potentiels de virus comme le Zika, la dengue, le chikungunya, le paludisme, la maladie du sommeil, la leishmaniose, et d’autres infections. Les interactions entre l'agent pathogène, l'insecte et l'environnement n'ont pas fait l'objet de suffisamment d'études. Le nouvel insectarium permet aux chercheurs de l'IMT de combler cette lacune et ouvre de nouvelles perspectives sur les maladies infectieuses. Il fait de l’Institut aussi l’une des rares institutions en Europe où ce large éventail d'insectes est étudié.

« Grâce à cet appui accru, l'IMT peut consolider son rôle de leader mondial dans le domaine des maladies infectieuses. Notre expertise est cruciale à une époque où ces maladies deviennent de plus en plus mondiales, entre autres en raison du changement climatique, et deviennent de plus en plus courantes en Europe. Nous mènerons des recherches ambitieuses, innovantes et révolutionnaires pour lutter efficacement et proactivement contre ce type de maladies. Ce combat pourra prévenir les épidémies qui commencent dans les tropiques et protéger la Belgique et l'Europe contre ces menaces croissantes. Nous nous concentrerons également sur les vaccins et renforcerons notre Unité des Essais Cliniques et l'Equipe de recherche sur les épidémies avec de nouveaux chercheurs ", explique le Dr Marc-Alain Widdowson, Directeur de l’IMT.

"L’IMT est connu et renommé dans le monde entier pour ses recherches sur, par exemple, le VIH, le paludisme et la tuberculose. Il a joué un rôle central pendant l’épidémie d'Ebola et dans le domaine de la recherche scientifique sur les maladies tropicales et la santé mondiale. Après une évaluation positive cd son fonctionnement, le gouvernement flamand a décidé d'augmenter son soutien annuel à l’IMT de 1 million d'euros à partir de 2021. De plus, l'Institut reçoit également 1 million d'euros pour la réalisation d'un insectarium. Il permettra d’étudier et de lutter contre les maladies liées aux changements climatiques et aux écosystèmes perturbés.", dit la ministre flamande de l'Economie, de l'Innovation et des Sciences, Hilde Crevits.

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND