Passer au contenu principal

Un réseau de recherche pour réagir aux épidémies en Afrique

L'IMT fait partie d'un consortium international qui se prépare à la lutte contre la 'Maladie X'.

13-03-18

Image 1/2 : Persconferentie ALERRT

La 'Maladie X', une maladie inconnue pour laquelle le monde doit se mettre en garde, a été à la une ces derniers jours. Un réseau international pouvant réagir rapidement par la recherche clinique et les interventions en cas d’une nouvelle épidémie sera lancé cette semaine à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

La Coalition africaine pour la recherche, l'intervention et la formation en matière d'épidémie (The African coaLition for Epidemic Research, Response and Training) (ALERRT) reçevra 10 millions d'euros du Partenariat Europe-Pays en développement pour les essais cliniques (EDCTP). L’IMT d'Anvers est l'une des 21 organisations, africaines et européennes, partenaires de ce réseau.

«ALERRT tente de limiter les dégâts causés par les maladies infectieuses en Afrique subsaharienne, tant sur le plan santé   quesocio-économique», explique le professeur Johan van Griensven de l'IMT, actuellement à Addis- Abeba dans le cadre de la Conférence internationale sur les maladies infectieuses (ré) émergentes.

ALERRT développera un réseau clinique et de laboratoires durable qui pourra être opérationnel rapidement et mener des recherches pour lutter contre les épidémies de maladies infectieuses. Le consortium fait appel aux forces des principales institutions de neuf pays africains et quatre pays européens, et d’un réseau de laboratoires et de cliniques d’Afrique subsaharienne afin de répondre rapidement aux nouvelles flambées.

L'équipe du Prof. van Griensven essayera d'augmenter la capacité dans le domaine de la recherche clinique. «En cas d’une épidémie d’une maladie X, nous voulons la maîtriser le plus vite possible, mais aussi mener des recherches cliniques sur les meilleurs diagnostiques et traitements afin de réduire le taux de mortalité», explique Van Griensven. L'IMT se concentrera également sur les interventions et la gestion des données. Nous créons un cadre qui devrait faciliter la gestion des goulots d'étranglement dans l'administration, la réglementation et les questions éthiques. Lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, ces sujets  ont considérablement retardé la recherche. "

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND