Passer au contenu principal

IMT s'engage dans un nouveau projet pour un vaccin contre Salmonella

Les chercheurs de l'IMT participent au projet de recherche pour un vaccin contre la salmonelle en Afrique subsaharienne. non typhoïde invasive

31-10-19

Image 1/1

La salmonellose non typhique invasive (iNTS) est une maladie infectieuse négligée émergente en Afrique subsaharienne qui touche principalement les enfants de moins de cinq ans et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Des chercheurs de l'Institut de Médecine Tropicale (IMT) d'Anvers participent à Vacc-INTS, un projet de recherche lancé le 24 octobre. L'IMT s'associe à 11 partenaires de huit pays différents pour faire avancer le développement clinique d'un vaccin innovant contre ce type de salmonelle.

En Afrique subsaharienne la salmonellose non typhique invasive est une cause fréquente d’infections de la circulation sanguine et à l’origine de 600.000 décès annuellement, surtout chez les jeunes enfants. En l'absence de traitement, son taux de létalité se situe entre 20 et 25 %. Le diagnostic difficile et la menace croissante de résistance aux antibiotiques exigent une accélération du développement d’un vaccin efficace qui n’existe toujours pas.

L’objectif du consortium Vacc-iNTS, composé de 12 partenaires de huit pays différents, dont trois pays où la maladie est endémique, est de booster le processus de développement d’un vaccin iNTS au moyen d’essais de phase I chez des adultes en Europe et en Afrique. Vacc-iNTS étudiera l'immunogénicité et l'innocuité du vaccin iNTS-GMMA qui est basé sur les blebs de la membrane extérieure émises par des bactéries génétiquement modifiées. Il est développé par le GSK Vaccines Institute for Global Health (GVGH). La technologie de GSK est basé sur les membranes extérieures (GMMA) et se caractérise par un procédé de fabrication simple, robuste et évolutif, ce qui en fait une plateforme appropriée pour le développement de vaccins contre les maladies liées à la pauvreté. Des analyses immunologiques exploratoires et des études séro--épidémiologiques seront également réalisées en appui de ce développement. Vacc-iNTS renforcera le réseau de collaboration afin d'améliorer la sensibilisation à la maladie et alimenter le plaidoyer.

"Le réseau Vacc-iNTS produira des données pour accélérer le processus et s'attaquer aux principaux obstacles qui entravent l'adoption et le déploiement efficace d'un vaccin iNTS durable par les systèmes de santé publique des pays endémiques. La contribution de l’IMT consistera en l’évaluation de la charge de morbidité de l'iNTS et de son impact économique. Ces données permettront d'accroître la sensibilisation à la maladie et de mesurer l’effet potentiel de différentes stratégies de vaccination ", déclare le professeur Jan Jacobs de l’IMT.

Le projet Vacc-iNTS représente une étape importante dans la mise au point d'un vaccin contre une maladie liée à la pauvreté qui a une incidence sanitaire et socio-économique considérable dans les pays à faible revenu. Doté d'un budget total de 6,8 millions d'euros sur cinq ans, ce projet est financé par Horizon 2020, le programme de recherche et d'innovation de l'Union européenne.

Les partenaires:

  • Sclavo Vaccines Association (Italie)
    • Fondazione Achille Sclavo ONLUS
  • GSK Vaccines Institute for Global Health (Italie)
    • GSK Produits biologiques
  • Université d'Oxford (Royaume-Uni)
  • Kenya Medical Research Institute (Kenya)
  • Université de Cambridge (Royaume-Uni)
  • Université de Sienne (Italie)
  • Institut de Médecine Tropicale d'Anvers (Belgique)
  • Université de Liverpool (Royaume-Uni)
    • Université du Malawi
  • Université d'Otago (Nouvelle-Zélande)
  • Université Ouaga I Professeur Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso)
  • Kwame Nkrumah University of Science and Technology Kumasi (Ghana)
  • MMGH Consulting GMBH (Suisse)

Meer nieuws over

PUBLIC HEALTH     BUITEN LAND