Notre histoire

L'Institut de Médecine Tropicale (IMT) existe depuis plus d'un siècle. Au départ, nous formions des médecins et des infirmières pour le Congo. Aujourd'hui, nous sommes une référence internationale en matière d'éducation, de médecine, de science et de santé mondiale.
duden

Ancienne villa à Bruxelles

En 1906, le roi Léopold II a fondé l'École des maladies tropicales dans une villa de Bruxelles. Il voulait former des médecins et des infirmières pour travailler dans l'État libre du Congo.

Des instituts tropicaux ont également vu le jour en Angleterre, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Portugal.L'École des maladies tropicales n'était pas officiellement liée à une clinique à l'époque.

À l'époque, les patients étaient reçus à la Villa Coloniale de Watermael-Boitsfort.

hoofdgebouw-archieffoto

L'Art déco à Anvers

En 1931, l'école fusionne avec la Clinique Léopold II des Maladies Tropicales et, sous l'impulsion du futur Léopold III, déménage dans le bâtiment art déco caractéristique d'Anvers, à deux pas des quais du Congo.

L'Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold, en abrégé l'Institut de Médecine Tropicale, était né.

Pendant longtemps, l'IMT est resté principalement un institut de formation pour les personnes se rendant sous les tropiques, et un hôpital pour celles qui en revenaient,

Rondetafelconferentie-te-Brussel-in-januari-1960

Décolonisation

Le Congo accède à l'indépendance en 1960. L'ITG doit se réorienter. Il ne s'agit plus de former des coloniaux, mais des coopérants.

En 1964, nous avons élargi notre offre à la médecine vétérinaire tropicale.

Nos étudiants venaient de plus en plus du monde entier. Et nos professeurs enseignaient également dans les pays en développement.

guido-van-der-groen-1976

Recherche scientifique

L'enseignement académique ne peut exister sans la recherche scientifique. C'est pourquoi, à partir des années 1970, nous avons mené beaucoup plus de recherches dans les pays en développement eux-mêmes.

Le résultat ? Nous avons également commencé à fournir une assistance médicale, en collaboration avec des chercheurs, des instituts et des autorités locales.

Outre le traitement et la prévention des maladies, nous avons également combattu leurs facteurs socio-économiques.Nous avons commencé à étudier les épidémies et à concevoir des systèmes de santé publique.

C'est ainsi qu'ont été jetées les bases du département de la santé publique.

Res-07-tuberculose-Ringouts

De la médecine tropicale à la médecine mondiale

Les maladies négligées telles que la dengue, la maladie du sommeil et la leishmaniose touchent des millions de personnes chaque année. En raison de la mondialisation et du changement climatique, elles sont en train de passer du statut de maladies tropicales à celui de maladies mondiales.

En 1976, une mystérieuse maladie mortelle s'est déclarée à Yambuku, dans ce qui était alors le Zaïre. Des scientifiques de l'IMT tels que Peter Piot et Guido van der Groen se sont rendus sur place avec une équipe internationale et ont établi le premier foyer d'Ebola. Depuis lors, l'IMT surveille les nouvelles épidémies. Lorsque Ebola a commencé à émerger dans le nord en 2014-2016, notre expertise est devenue une référence nationale.

Les instituts de médecine tropicale cherchent depuis leur création des remèdes aux maladies sexuellement transmissibles. Ainsi, depuis les années 1980, également pour le sida. En effet, nos chercheurs ont découvert que le sida sévissait aussi en Afrique et ont posé les bases de la recherche internationale actuelle sur le sida et le VIH.

En 2013, l'OMS nous a confié la gestion de la plus grande collection d'échantillons de tuberculose au monde. Et en 2016, la même organisation a reconnu un traitement plus court de la maladie développé à l'IMT par le professeur Armand Van Deun.

Ces dernières années, nous avons mené des recherches innovantes sur le COVID-19, poussé à l'élimination complète de la maladie du sommeil, surveillé de près la résistance aux antibiotiques et suivi de près l'arrivée d'espèces exotiques de moustiques en Belgique. Chaque année, nous réalisons plus de 40 projets internationaux, publions plus de 400 publications évaluées par des pairs et coordonnons des dizaines d'essais cliniques.

100-jaar-ITG

Expansion

En 2001, trois fois plus de scientifiques travaillaient à l'IMT qu'au début. Nous avons donc commencé à chercher un campus supplémentaire. Par coïncidence, les religieuses situées plus bas dans la Sint-Rochusstraat ont vendu leur couvent du XVIIe siècle. Un beau monument protégé que nous avons pu transformer en un campus d'enseignement moderne grâce au soutien financier du Département des monuments et des sites, de la Loterie nationale et du Département de l'éducation. Ces travaux de rénovation se sont achevés en 2006, juste à temps pour notre centenaire.

Une réforme majeure a eu lieu en 2012. Les cinq départements scientifiques ont été réduits à trois. Les départements de parasitologie, de microbiologie, de sciences vétérinaires, de sciences cliniques et de santé publique ont été réduits aux départements de sciences biomédicales, de sciences cliniques et de santé publique. Sur le plan thématique, nous parlerons désormais des "trois P" : "pathogènes", "patients" et "populations". De cette façon, nous visons à accroître l'excellence scientifique et l'efficacité opérationnelle.

En 2021, nous avons commencé une analyse approfondie de notre infrastructure. Cela a débouché sur le plan directeur des bâtiments, qui s'est penché sur tous les aspects de la gestion de nos bâtiments. Le plan directeur oriente les futures rénovations et expansions, en tenant compte de l'innovation scientifique, de la durabilité et de la gestion du patrimoine.

tuberculosis-lab-itm-1

Centre d'excellence

Aujourd'hui, nous nous efforçons d'être à l'avant-garde internationale en matière de recherche, d'éducation et de services, dans le but ultime de résoudre des problèmes de santé réels.

L'IMT est une institution de recherche de renommée internationale. Nous sommes même plus que cela : une plaque tournante dans un réseau international avec des dizaines d'instituts partenaires.

Nous les aidons à renforcer leurs capacités en matière de recherche et de soins de santé. Et ensemble, nous nous efforçons de donner à tous les mêmes chances de mener une vie saine.